Notre ambition Zéro Carbone

Le réchauffement climatique est un défi significatif et systématique qui ne concerne pas seulement l’avenir, mais se joue surtout ici et maintenant Danone relève ce défi en s’engageant à atteindre la neutralité carbone sur la totalité de son périmètre de responsabilité d’ici 2050, et en travaillant à la co-création de solutions positives au carbone.

La neutralité carbone d’ici 2050

Lorsque les consommateurs choisissent un produit, ils sont en droit de connaître son origine, et son impact sur l’environnement. Aujourd’hui, les consommateurs veulent et attendent des entreprises qu’elles jouent un rôle de premier plan dans le combat contre le réchauffement climatique.

C’est pourquoi Danone est déterminée à mener une entière transition vers une économie Zéro Carbone..C’est aussi la raison pour laquelle nous avons fixé, dans notre Politique Climat de 2015, l’objectif neutralité carbone sur l’ensemble de notre  chaîne de valeurs d’ici 2050. Cet objectif Zéro Carbone  signifie que nous sommes responsables des émissions de carbone de la totalité de notre cycle de production, depuis les fermes où nous nous procurons nos produits jusqu’à nos milliards de consommateurs dans le monde.

La stratégie de Danone pour parvenir à la neutralité carbone se fonde sur les axes suivants : réduire les émissions ; transformer les pratiques agricoles pour augmenter la séquestration de carbone dans le sol ; éliminer la déforestation de notre chaîne d’approvisionnement ; et compenser les émissions qui subsistent. En 2015, Danone s’est engagée à mettre en place des « Science-Based Targets » qu’elle a atteints en 2017. Ce faisant, nous nous plaçons ainsi parmi les 100 premières entreprises internationales ayant aligné leur trajectoire de réduction des émissions de carbone avec les standarts des Accords de Paris.

  1. RÉDUCTION DES ÉMISSIONS

Un plan de réduction des émissions validé par l’initiative Science-Based Targets

Notre première priorité concerne la réduction des émissions de carbone dans les trois catégories définies par le GHG Protocol Corporate Standard : les champs d'applications 1, 2 et 3.

Danone measures greenhouse gas emissions on its extended, direct and shared responsibility scope following the three categories defined in the GHG Protocol Corporate Standard: scopes 1, 2 and 3.

Notre chemin vers la neutralité carbone pour 2030 inclut la mise en place d’objectifs intermédiaires de réduction de carbone,avec comme première échéance 2015 :

- réduire de 50% les émissions des champs d’applications 1, 2 et 3 pour chaque tonne produite (c’est-à-dire « l’intensité d’émission »)

- parvenir à une réduction absolue des émissions des champs d’applications 1 et 2.

Ces deux objectifs ont été officiellement approuvés par l’initiative Science-Based Targets, en accord avec les Accords de Paris, dont l’objectif est de conserver un indice de réchauffement climatique inférieur à 2°C.

Notre évolution progressive

Les prochaines étapes à court terme

Afin de capitaliser sur ces avancées, nous ciblons deux leviers d’action : l’électricité renouvelable, et l’agriculture régénératrice. Danone fait partie des RE100 – une initiative mondiale qui vise à soutenir des grandes entreprises engagées à utiliser à 100 % les énergies renouvelables Nos objectifs : atteindre un usage à 50% d’électricité renouvelable d’ici 2020, et à 100% d’ici 2030.

 

57% des émissions de carbone de Danone sont liées à l’agriculture, ce qui en fait donc un levier clé de la réduction d’émissions. Nous travaillons avec des agriculteurs pour définir des pratiques à faibles émissions de carbone, telles que l’augmentation de la productivité et de l’efficacité, la réduction de la consommation énergétique, et l’amélioration de la gestion de l’engrais.

2. SÉQUESTRATION DANS LE SOL

Conserver le carbone dans le sol

L’agriculture n’est pas seulement un moyen de réduire les émissions de carbone, mais également une façon de réduire le taux de CO2 dans l’atmosphère en le conservant dans le sol.

En la transition vers des pratiques agricoles régénératrices – comme par exemple  privilégier l’enracinement naturel des cultures dans le sol plutôt que le labour, nos producteurs partenaires améliorent la santé des sols en réduisant les émissions agricoles et améliorent ainsi la séquestration du carbone dans le sol.

Danone accélère son soutien des pratiques agricoles régénératrices. En 2017, nous avons rejoint l’initiative 4 per 1000, une plateforme internationale qui catalyse la coopération en matière de santé des sols et de séquestration souterraine du carbone.

Emmanuel Faber, PDG de Danone, a annoncé lors de la COP 23 à Bonn que Danone rejoignait l’initiative 4 per 1000 et ferait des pratiques agricoles régénératrices son fer de lance dans la réduction des émissions carbone.

En 2018, Danone Amérique du Nord a lancé une initiative Santé des sols en partenariat avec des experts desUniversités de l’Ohio  et de Cornell, afin d’identifier des moyens d’aider à la régénération des sols dans une perspective d’augmentation de la séquestration souterraine du carbone. Danone Amérique du Nord a promis d’engager jusqu’à 6 millions de dollars pour la recherche dans les 5 années à venir.

Danone France a rendu public sa propre ambition de se procurer à 100%  ingrédients provenant d’une agriculture régénératrice française d’ici 2025, et a annoncé faire don de l’équivalent d’un jour de ventes (ou près de 5 million d’euros) en soutien aux agriculteurs opérant la transition vers ce modèleEn travaillant avec des partenaires tels que les Fermes Laitières Bas Carbone, Danone vise à réduire son empreinte carbone de 15% d’ici 2025.

Elimininer la déforestation 

La déforestation est responsable d’environ 15% de la totalité des émissions de carbone, ce qui en fait un acteur majeur du réchauffement climatique. Danone s’engage à éliminer la déforestation de sa chaîne d’approvisionnement d’ici 2020. Nous avons ratifié la Déclaration de New York sur les forêts, et nous soutenons la résolution du CGF (Consumer Goods Forum) qui vise à atteindre le degré zéro  de la déforestation dans les secteurs clés de production des matières premières.

Afin d’atteindre notre objectif zéro déforestation, nous avons fixé des normes à respecter dans la production des matières clés, telles que l’huile de palme, le soja, le bois, le sucre, le papier et le carton. A ce jour, par exemple, 84% de nos papiers et cartons sont recyclés ou certifiés FSC, et 99% de notre huile de palme est certifiée par RSPO (Table Ronde pour l’Huile de Palme Durable).

Compenser les émissions qui subsistent

Pendant que nous travaillons à un avenir neutre en carbone, nous nous engageons à compenser les émissions de carbone qui subsistent, d’une façon qui puisse aussi améliorer la vie au sein des communautés les plus vulnérables à travers le monde, en restaurant les écosystèmes qui leur assurent leur subsistance.

Avec neuf autres entreprises partenaires, nous investissons dans le Livelihoods Carbon Funds (fonds d’investissement carbone pour la subsistance, ou Fonds Livelihoods), afin de soutenir des projets d’agroforesterie, de restauration des mangroves, et de création d’outils de cuisine éco-énergétiques pour des communautés d’Asie, d’Amérique du Sud, et d’Afrique. Les projets requièrent un suivi de 20 ans, et donc un engagement sur le long-terme de la part des entreprises investissant dans le Fonds Livelihoods.

The Indian Foundation Nature Environment and Wildlife Society (NEWS) and Livelihoods are working with the local communities of the Sundarbans to restore these shrinking mangrove forests.

Ensemble, depuis 2011, nous avons planté 130 millions d’arbres, restauré 48,000 hectares, équipé 120,000 familles de cuisinières éco-énergétiques, et aidé plus d’1 million de personnes. Le premier Fonds Livelihoods compensera l’équivalent de 10 millions de tonnes de CO2.

En 2017, nous avons renouvelé notre engagement en investissant dans le deuxième Fonds Livelihoods, en même temps que d’autres entreprises partenaires. Ce fonds, avec un objectif d’investissement de 100 millions d’euros, vise à améliorer la vie de 2 millions de personnes, et à compenser environ 25 millions de tonnes de CO2 sur une période de 20 ans.